Ottawa’s Bus Route #1 / Le circuit d’autobus numéro 1 d’Ottawa

One of Ottawa’s oldest public transit routes, the #1 is about to transform into route #6. OC Transpo is changing several bus route numbers in preparation for the new LRT system. Route 1 will soon represent the new Confederation line of the LRT. The change to #6 will not affect the route or level of service. Yet, given its rich history serving some of Ottawa’s oldest neighbourhoods, I’ve taken this opportunity to look back and reflect upon the role bus route #1 and its predecessor has played in communities across the city.


The origins of bus route #1 are in Ottawa’s early streetcar system. Though there were horse-drawn trams in Ottawa as early as 1866 , they were replaced by a more modern transportation system when the Ottawa Electric Street Railway was established in 1891.  The Ottawa Electric Street Railway was owned and operated by two local Rockliffe residents, Thomas Ahearn and Warren Soper, who won a competitive bidding process to provide a transportation system for Ottawa. They went on to create a multifaceted business from operating the electric grid system to building the actual streetcars.  At first there were four routes, two of which formed the spine of the future Route #1 – Bank Street and New Edinburgh.  Streetcars following these routes were first identified by letters, but in time were renamed route #1.  The fare to ride along any of these four routes? Five cents. 


Not only was route #1 an original Ottawa streetcar route, it was part of Canada’s inaugural electric traction transit system.  Many other cities looked to Ottawa to see how the infrastructure would work in harsh winter conditions. Ahearn and Soper’s reputation as innovative businessmen was put to the test when they invented an electric rotary brush affixed to the front of streetcars to clear the snow from the tracks.  Bank Street was the site of a show down between a group of young men and the rotary brush on a streetcar to see who could tackle the winter snow faster. After a hard fought battle it was decisive – this new technology far surpassed human snow removal power. 


Early routes played a significant role in the development of the neighbourhoods they served. In 1894, a new streetcar route expanded east into Rockliffe Park and thus facilitated the development of year round housing in an area that had originally been primarily summer cottages.  The earliest such homes were built on the streets closest to the street car station. 


Over the years, service along route # 1 continued to reflect important transportation changes in our city. In 1947 the operators of the streetcar system proposed a substantial fare increase.  This prompted City Councillors to propose the purchase of the electric streetcar system. The proposal was passed by the citizens of Ottawa through a referendum.  


Established in 1948, the Ottawa Transportation Commission began our city’s management of a public transportation system.  At first the Commission continued to rely primarily on electric streetcars, but quickly began converting the rail system into bus routes.  It was argued that investing in busses would be more affordable than maintaining the rail lines, which were in need of substantial infrastructure investments. Buses were seen as modern and more flexible.  There was also a view that removing rail lines along prominent roads, such as Sussex Drive and Bank Street would make for nicer views. The Mayor at the time, Charlotte Whitton, expressed safety concerns within the context of the Cold War. She pointed to a fear that because the streetcars relied on an electrical grid they were vulnerable to an attack that could take out the entire transit system.  These arguments prevailed and on January 12th, 1959 the streetcar services were shutdown in favour of buses.  During this conversion news articles outlined passengers’ frustrations with the delays and rerouting resulting from construction.   Some elements of transit history are timeless.


In 1972, the Ottawa Transportation Commission changed to our current Ottawa-Carleton Regional Transit Commission, known as it still is today by the acronym OC Transpo.  This evolution saw buses expand to neighbouring municipalities and laid the groundwork for the unification of public transportation under the amalgamated City of Ottawa in 2001. Through such changes route #1 remained a consistent core route moving people north and south along Bank Street and expanding into more neighbourhoods in each direction.


While the #1 route had long served its northern leg into Rockcliffe Park via Beechwood, Springfield, Maple Lane and Acacia, the opening of the Southeast Transit-way in 1995 facilitated the expansion of the route to South Keys Station.   As it currently runs, the number 1 bus now connects the neighbourhoods of South Keys, Heron Gate, Greenboro, Alta Vista, Billings Bridge, Old Ottawa South, Glebe, Centretown, the Parliamentary Precinct, Byward Market, Lowertown, Vanier, New Edinburgh, Lindenlea and Rockliffe Park – a key spine route through dynamic and changing neighbourhoods within the greenbelt.


Through its origins as a privately run streetcar, its transformation into a public bus route, and today as part of a system soon to incorporate light rail, the #1 bus has been a transit institution in our city. Though its number will change, the crucial role the new #6 bus will play in facilitating resident mobility through urban neighbourhoods within the core will not. Given the important social, economic and environmental benefits of transit, we need to ensure the #6 and its peers provide reliable, affordable and efficient bus service through our core as we continue into our third century of mass transit in our growing city.


Le circuit d’autobus numéro 1 d’Ottawa

L’un des plus anciens circuits de transport en commun d’Ottawa, le numéro 1, deviendra bientôt le numéro 6. OC Transpo change les numéros de plusieurs circuits d’autobus en prévision du nouveau réseau de train léger. C’est la Ligne de la Confédération qui accueillera bientôt le numéro 1. Le circuit et le niveau de service de l’actuel numéro 1 resteront les mêmes, malgré le nouveau numéro. La riche histoire de ce circuit, qui traverse quelques-uns des plus vieux quartiers d’Ottawa, m’a incité à plonger dans le passé pour retracer son rôle, et celui de ses précurseurs, dans l’épanouissement des quartiers de la ville. 

Le circuit numéro 1 remonte au début du réseau de tramway d’Ottawa. Dès 1866 , Ottawa était sillonnée par des voitures tirées par des chevaux. Ce tout premier réseau de transport a été remplacé par le plus moderne tramway électrique de l’Ottawa Electric Street Railway Company, fondée en 1891 . La compagnie appartenait à deux citoyens de Rockcliffe, Thomas Ahearn et Warren Soper, qui ont remporté un appel d’offres pour fournir un réseau de transport à la ville d’Ottawa. Ils ont bâti une entreprise à volets multiples, s’occupant à la fois de l’exploitation du réseau électrique et de la construction des tramways . Il n’y avait au début que quatre parcours, dont deux suivaient les grandes lignes du futur circuit numéro 1 : celui longeant la rue Bank et celui desservant le quartier New Edinburgh . D’abord désignés par des lettres, les tramways parcourant ces deux trajets ont plus tard été renommés numéro 1. Le tarif d’un passage? Cinq cents .


Le circuit numéro 1 n’est pas seulement l’un des premiers parcours de tramways à Ottawa, il compte aussi parmi les tout premiers réseaux de transport en commun à traction électrique au Canada . À l’époque, tous étaient curieux de voir comment l’infrastructure réagirait aux rigueurs de l’hiver. Pour déneiger les voies ferrées, les deux entrepreneurs à l’imagination fertile ont inventé un balai électrique rotatif et l’ont fixé à l’avant des tramways . Cette idée novatrice a été mise à l’épreuve lors d’une compétition organisée sur la rue Bank : qui réussirait à déneiger les rails le plus rapidement, un groupe de jeunes hommes ou le tramway muni de son balai? Malgré une lutte acharnée, nul doute n’était possible : les hommes ne faisaient pas le poids contre la puissance de déneigement moderne .


Les premiers circuits de transport en commun ont grandement contribué au développement des quartiers desservis. Par exemple, en 1894, un nouveau parcours de tramway a été prolongé vers l’est jusqu’à Rockcliffe Park, ce qui a incité des résidents à s’installer de façon permanente dans ce secteur qui n’était auparavant habité que par des vacanciers . Les premières maisons ont d’ailleurs été construites près de la station de tramway .


Au fil des années, le circuit numéro 1 a toujours reflété l’évolution du service de transport en commun de notre ville. En 1947, quand les exploitants du réseau de tramways ont annoncé une augmentation importante des tarifs , les conseillers municipaux ont proposé que la Ville achète le réseau de tramways électriques. Les résidents d’Ottawa ont accepté cette proposition par l’entremise d’un référendum , et, en 1948, l’Ottawa Transportation Commission a été instaurée pour gérer le réseau de transport en commun municipal .


À ses débuts, la Commission possédait surtout des tramways électriques, mais elle s’est rapidement affairée à convertir le réseau ferroviaire en circuits d’autobus  plus rentables que les voies ferrées, qui avaient alors besoin de considérables investissements en infrastructure. Les autobus étaient considérés comme plus modernes et plus polyvalents . On faisait aussi valoir que des routes importantes comme la promenade Sussex et la rue Bank seraient embellies par le retrait des voies ferrées. Dans le contexte de la Guerre froide, la mairesse Charlotte Whitton était préoccupée par la sécurité publique. Selon elle, parce qu’ils étaient reliés à un réseau électrique, les tramways étaient vulnérables. Une attaque aurait pu mettre hors service tout le réseau de transport en commun . La mairesse a obtenu gain de cause, et, le 12 janvier 1959, le réseau de tramways a été fermé pour être remplacé par des circuits d’autobus . Les articles de journaux de l’époque rapportent la frustration des passagers vu les retards et les modifications des trajets à cause de la construction . Certaines choses ne changent pas!


En 1972, l’Ottawa Transportation Commission est devenue l’actuelle Commission de transport régionale d’Ottawa-Carleton, mieux connue à l’époque comme aujourd’hui sous le nom d’OC Transpo . Cette modification a permis le déploiement du service d’autobus aux municipalités voisines et a jeté les bases de l’unification du transport en commun, qui a eu lieu après la fusion de la Ville d’Ottawa en 2001. Malgré tous les changements, le circuit numéro 1 est demeuré un axe central important qui transportait les usagers dans les deux directions le long de la rue Bank et vers de plus en plus de quartiers aux deux extrémités.


Depuis longtemps, le circuit numéro 1 s’étendait vers le nord en direction de Rockcliffe Park et desservait l’avenue Beechwood, le chemin Springfield, la ruelle Maple et l’avenue Acacia. C’est l’ouverture du Transitway Sud-Ouest, en 1995, qui a permis son prolongement vers la station South Keys . Le parcours actuel du circuit numéro 1 relie les quartiers South Keys, Heron Gate, Greenboro, Alta Vista, Billings Bridge, Vieil Ottawa-Sud, Glebe, Centre-ville, marché By, Basse-Ville, Vanier, New Edinburgh, Lindenlea, Rockcliffe Park et la Cité parlementaire. C’est une voie essentielle qui traverse de dynamiques quartiers en évolution encerclés par la Ceinture de verdure .


De ses origines en tant que trajet de tramways privés, en passant par sa transformation en parcours d’autobus publics, jusqu’à aujourd’hui, où il fera bientôt partie d’un réseau comprenant un train léger, le circuit numéro 1 a toujours été au cœur du transport en commun d’Ottawa. Le changement de numéro ne modifiera en rien le rôle crucial que jouera le nouveau circuit numéro 6 en facilitant les déplacements dans les quartiers urbains centraux. Étant donné les bienfaits sociaux, économiques et environnementaux du transport en commun, nous devons veiller à ce que le numéro 6 et les autres circuits fournissent un service d’autobus fiable, abordable et efficace au centre d’Ottawa, tout en conduisant vers son 200e anniversaire le réseau de transport en commun de notre ville en pleine expansion.


Sources:

Edmond, Martha. Rockliffe Park: A History of a Village. Friends of the Village of Rockcliffe Park Foundation, 2005

Powell, James. Today in Ottawa History. August 27, 2014

David Jeanes. Ottawa Journal, January 16, 1959.

OC Transpo website: “Looking Back”

 

Leave a Comment
Laissez un commentaire

Add new comment